Logo Kanton Bern / Canton de BerneDirection de l’instruction publique et de la culture
17 janvier 2023
Aperçu des communiqués

Communiqué de presse commun des cantons de Berne et Soleure
:
Mise en œuvre de mesures de protection du site palafittique sur l’île du lac d’Inkwil

La grande île du lac d’Inkwil fait partie depuis 2011 des « Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes », une série inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce site archéologique important est aussi une réserve naturelle sur la frontière entre les cantons de Berne et de Soleure. Sa conservation est actuellement menacée par les constructions de castors qui y ont élu domicile depuis plusieurs années. Le canton de Berne et le canton de Soleure ont conçu différentes mesures afin de garantir la protection de la nature et des biens culturels du lac d’Inkwil.

La grande île du lac d’Inkwil est un site archéologique protégé connu de longue date. Sur la frontière entre les cantons de Berne et de Soleure, elle s’étend pour moitié sur le territoire de la commune de Bolken (SO) et sur celle d’Inkwil (BE). La réserve naturelle englobe la totalité de l’île ainsi que le fond du lac à proximité de celle-ci. Largement inexplorés, les vestiges d’habitats datant du Néolithique et de l’Âge du Bronze représentent un gisement important pour la recherche archéologique. Une équipe de plongeurs a ainsi remonté à la surface un spécimen unique d’épée en bois datant de l’Âge du Bronze. L’île fait partie des « Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes », une série inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO qui regroupe 111 sites répartis entre l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Autriche, la Slovénie et la Suisse.

Situation actuelle

Lors de l’assainissement du lac d’Inkwil pendant l’été 2018, l’équipe de plongée du Service archéologique du canton de Berne a constaté que les galeries creusées par les castors qui ont investi les lieux compromettent la conservation du site de fouilles sur la grande île. Les analyses réalisées entre 2019 et 2022 ont révélé l’ampleur des dégâts aquatiques et terrestres causés par les castors. 14 galeries souterraines ont été recensées aux abords de l’île. En les creusant, les castors ont entaillé plusieurs couches de bois de construction datant du Néolithique et de l’Âge du Bronze. Les galeries des rongeurs sous la surface de l’île entraînent la disparation définitive de précieuses strates archéologiques. 

Mesures prévues

Dans un souci de durabilité, il est impératif de garantir la protection de la nature tout en évitant que tout autre dommage ne soit porté au patrimoine culturel du lac d’Inkwil. À cette fin, les services concernés dans les cantons de Soleure et de Berne ainsi qu’à la Confédération ont élaboré conjointement un projet qui offrira aux castors un habitat de remplacement sur la petite île afin qu’ils cessent de creuser sur l’île protégée. Le projet a également été examiné par les communes concernées et les associations nationales de protection de la nature et de l’environnement, qui l’ont bien accueilli. Sa mesure phare est l’installation d’une grille couvrant la grande île. Enfoncée dans le lac jusqu’à 10 mètres de profondeur, elle empêchera les castors d’accéder au périmètre protégé et d’y creuser davantage.

Le coût total du projet a été devisé à environ 800 000 francs, montant qui comprend les charges de personnel des deux services archéologiques. Comme le site archéologique du lac d’Inkwil est d’importance nationale et internationale, l’Office fédéral de la culture devrait prendre en charge 25 % des coûts. Les cantons de Berne et de Soleure financeront le montant restant à parts égales. Le service archéologique du canton de Soleure financera une partie des coûts à l’aide de moyens prélevés sur le Fonds Swisslos.

Dans un premier temps, des travaux seront réalisés sur la petite île située sur sol bernois afin que les castors puissent y prendre leurs quartiers. Les mammifères pourront ainsi rester sur leur territoire du lac d’Inkwil sans compromettre la conservation du site archéologique. Les travaux d’installation de la grille devraient intervenir l’hiver prochain. Ils ne pourront avoir lieu que de novembre à février en raison de diverses périodes de protection. Les années suivantes, les mesures seront suivies régulièrement par les services concernés.

Documentation

Partager